Novembre 29, 2020

Bénévolat à l'étranger

Pendant que les volontaires travaillent à l'étranger, ils pourraient tomber malades. Il existe diverses maladies qui peuvent affecter de nombreux volontaires.

Les maladies qui les affectent dépendent du lieu, de la saison et du climat, des lieux non hygiéniques, de l'environnement et de la sensibilité à eux. Heureusement, la plupart des maladies peuvent être évitées grâce à la vaccination et à d'autres mesures. Les maladies contre lesquelles le vaccin peut être vacciné sont le paludisme, la fièvre jaune, la typhoïde et les hépatites A et B.

Dans certains cas, les volontaires travailleront dans des zones où ils n'auront pas accès aux médicaments pour soigner les maladies. Ou ils pourraient avoir des médicaments qui pourraient avoir des effets secondaires indésirables. Bien que certaines maladies soient évitables, d’autres ne le sont pas. Par conséquent, le volontaire doit emporter des pilules médicinales avant de partir pour son voyage de volontaire à l'étranger.


Voici ce que les bénévoles devraient avoir avec eux lorsqu'ils sont à l'étranger:

Préservatifs

Peu de volontaires prévoient de porter des préservatifs et d'autres contraceptifs. Après avoir séjourné dans le pays hôte pendant une période de temps, les volontaires pourraient s'engager dans une relation amoureuse avec l'une des personnes locales ou un collègue volontaire. Certains volontaires s'engagent dans des relations sexuelles. Ce faisant, ils s'exposent à une multitude de maladies, par exemple le VIH / sida, la syphilis, la gonorrhée et d'autres. Les volontaires doivent être préparés et toujours avoir des préservatifs en main afin d'éviter ces maladies. Les préservatifs ne sont ni sûrs ni efficaces à 100%, mais ils réduisent le risque d'infection de 70%. Les préservatifs préviennent les maladies sexuelles et les grossesses. Les préservatifs sont normalement disponibles dans la plupart des régions du monde. Ils sont accessibles depuis les hôpitaux locaux et peuvent être trouvés dans la plupart des centres commerciaux. Bien qu'il y ait certaines communautés dans certaines parties du monde qui sont conservatrices et dans de tels endroits, il ne sera pas facile d'obtenir des préservatifs.


Insectifuges

La plupart des maladies à l'étranger et au pays sont causées par des insectes. Les insectes sont porteurs de parasites ou d'agents pathogènes qui causent les maladies. Les insectes les plus susceptibles de poser des problèmes aux volontaires sont les tiques, les moustiques, certains types de mouches, les tiques, les acariens, les puces, les poux, les punaises de lit et les fourmis. Ces insectes contribuent à la transmission du paludisme, du virus du Nil, de la fièvre jaune, de la cécité des rivières, de la maladie du sommeil et de la maladie de Lyme. En effectuant le travail de volontaire à l'étranger, les volontaires pourraient être exposés à ces parasites. Il existe différents répulsifs contre les insectes, par exemple Repel, Muskol, Cutter Advanced et Cutter Tick Defense. Ces répulsifs sont disponibles sous forme de liquides, lingettes, sprays et lotions. L'utilisation de ces répulsifs a certains effets secondaires comme une irritation cutanée. Bon nombre des insectifuges vendus ne sont ni homologués ni réglementés et il convient d'être prudent lors du choix de celui à utiliser. Les volontaires doivent également noter que ces répulsifs ne sont pas à 100% et qu'ils ne fonctionnent que pendant un certain nombre d'heures.

Traitement de l'eau

L'eau est très importante et c'est ce que tout voyageur et bénévole devrait avoir. Les volontaires internationaux devraient acheter de l'eau chaque fois qu'ils en ont l'occasion. La plupart des endroits où les volontaires travailleraient n'auront pas accès à l'eau potable. L'eau non traitée est porteuse de parasites. L'eau non traitée a une maladie d'origine hydrique comme le botulisme, le choléra, E. Coli infection, dysenterie, typhoïde et gastro-entérite. L'eau est contaminée de plusieurs façons, par ex. des animaux infestés, des mouches et des eaux usées. Le volontaire peut tomber malade s'il consomme de l'eau ou mange des aliments préparés par de l'eau contaminée. Si le volontaire travaille dans des zones rurales et ne peut pas accéder à de l'eau traitée, il doit acheter des comprimés de traitement de l'eau comme des cristaux d'iode et de l'halazone à base de chlore. La purification de l'eau pourrait se faire par ébullition, filtration, distillation solaire et prévention de la contamination de l'eau. D'autres solutions à ce problème sont que les volontaires devraient boire du thé, du café, du vin ou de la bière. Si le volontaire a peur de contracter une dysenterie amibienne, il doit manger une forte dose d'ail pendant 15 jours

Écrit et contribué par Zablon
volontaireercapitalcentre.org



Volontariat à l'étranger: comment? quand? combien? (Novembre 2020)