Mai 9, 2021

Un voyage au Vietnam

Eh bien, après avoir célébré l'arrivée de la nouvelle année avec le bon spectacle de feux d'artifice dans la rivière Singapour, saisissez la compagnie de ma chère cunhadinha (Mafalda) et de deux amis (et l'Ana Paula), du Portugal, et nous du Vietnam à explorer le Nord au Sud Vietnam est un pays aux multiples visages et surprises. Pour la plupart, nous donne des scènes de pauvreté, de pollution et de désordre public. Des milliers de personnes vivent dans la précarité, pour manger sur les trottoirs, beaucoup de saleté et un transit 10 fois plus infernal que celui de Sao Paulo. Ce sont des dizaines et des dizaines de motos, qui finissent par avaler des voitures, qui vont et viennent dans toutes les directions et tout le transport et, parfois jusqu'à 4 personnes, le tout sans casques (accessoire totalement soulagé là-bas). Traverser une rue? Aventure donnant droit à de fortes doses d'adrénaline. Un "buzinaço" constant et assourdissant.

Dans le même temps, le Vietnam, nous montre une série de paysages que nous avons remplis d'yeux. Nous avons vu des temples, des ruines et des paysages de la guerre. En plus d'enrichir nos connaissances avec son histoire et sa culture passées. Malgré toute la pauvreté qui existe encore là-bas, la faim est quelque chose que le peuple vietnamien n'est plus. Ces gens viennent de tous: anguille, vache, porc, grenouille, serpent, cheval, chat et chien. Oui, mon peuple, il y a l'achat d'un chiot à la foire comme nous achetons des poulets: dûment transformés et prêts pour le pot ... Mais cette partie que je ne voulais pas voir, distribuer, bien sûr. Il y a une multitude de fruits (jusqu'à Jaca, crème anglaise et fruit étoilé!) Et beaucoup, beaucoup de fleurs de toutes sortes et couleurs.

Notre aventure a commencé dans la capitale, Hanoi, où il a bien commencé la journée cedinho avec une visite au mausolée de Ho Chi Minh. Après avoir été fouillée et escortée par des gardes bien sérieux et concentrés, Gélida entre dans une pièce sombre où ils ont pu contempler le corps inerte de l'ancien président (décédé en 1969) dans un repos si calme qui ne semblait dormir que. Nous avons passé le reste de la journée à visiter des points d'intérêt. La nuit, nous avons assisté au Water Puppets Show, une maisonnette traditionnelle de marionnettes dans l'eau.


Deuxième jour, la baie d'Halong, déclarée patrimoine naturel par l'UNESCO. Un beau contraste entre les immenses gravures rupestres et les eaux cristallines. Et l'habitat pour certaines familles de pêcheurs qui vivent dans leurs maisons flottantes. Non seulement c'était mieux parce que le temps n'a pas aidé. La journée était nuageuse, et non seulement un peu d'oscou la beauté du paysage mais aussi inhibé l'avantage d'un bon bain de mars.

Troisième jour, suivi vers Hue. Le temps était encore pire, tempête. Notre vol de Hanoi est parti très tôt (nous avons tous 4 heures du matin!), Mais n'est pas arrivé à destination. Expliquez: nous n'étions qu'à quelques mètres de l'atterrissage à l'aéroport de Hue quand soudainement (et brusquement!) Les pilotes sont revenus prendre l'avion vers les hauteurs alors que le vent fort rendait l'atterrissage risqué. Après une attente de 15 minutes pour l'amélioration du temps, il a été décidé de se dérouter vers Da Nang (l'aéroport le plus proche). Et, après une longue attente à l'aéroport de Da Nang, résolvez de mettre un bus (dans des conditions pas très confortables, disons) et suivez 2 heures de voyage terrestre à Hue. Nous avons perdu une demi-journée, il faudrait connaître la ville, arriver super fatigués et, sans parler de la pluie qui n'a pas donné de répit. Après le déjeuner, nous avons essayé de traiter le ruissellement et avons visité des endroits comme la ville impériale et le tombeau du roi Tu Duc. Mais il était pratiquement impossible de bouger, encore moins de prendre des photos ou de profiter des magnifiques temples, des sculptures et de l'architecture qui s'y trouvent. À la fin de la nuit, un concert privé de la scène musicale traditionnelle vietnamienne comme ayant une petite péniche et la rivière des Parfums la scène. La finale en vaut la peine.

Prochain arrêt: Ho Chi Minh-Ville, ou Saigon, si vous préférez continuer. Il y a des signes de développement et de civilisation. Architecture plus moderne, plus d'espaces verts, plus d'influences occidentales. Pendant un certain temps, jusqu'à ce que nous demandions pourquoi ce n'est pas la capitale du Vietnam?


Nous avons visité les tunnels de Cu Chi, l'un des principaux scénarios de la guerre américaine. En osant les champs où étaient concentrés les soldats vietnamiens, nous avons vu plusieurs pièges utilisés à l'époque, les fameuses armes et tunnels où ils vivaient pendant de nombreux jours de combat. C'était presque une ville souterraine où ils avaient une cuisine, un hôpital et plus encore, reliés entre eux par des tunnels de terre d'environ 5 mètres de diamètre seulement. Une atmosphère humide, suffocante, étouffée et totalement sombre où la seule façon de bouger était de s'accroupir. Après un court test (et claustrophobe!) En descendant là-bas, on pouvait comprendre l'angoisse qui devait ressentir ces hommes à vivre dans ces conditions le risque d'être abattus à tout moment.

Le deuxième jour à Ho Chi Minh, nous avons fait un tour en bateau des eaux (plus de cristal!) Du delta du Mékong. Ali a ressenti le souvenir de cette très célèbre Favela des inondations dans ma ville, Salvador. Presque une ville composée de boutures et d'échasses sous les eaux sales de la rivière. Le scénario est très proche de la misère. Des hommes, des femmes et des enfants à vivre dans des «cabanes» (dont on ne sait pas comment se tenir debout) ou dans des bateaux. Mais pour sortir du bateau pour une promenade dans les ruelles étroites on se rend compte que pour beaucoup, c'est une option (ou un style) de vie. Y a-t-il une économie derrière cette façade. Certains produisent de la noix de coco fraîche, d'autres de la banane douce, du riz soufflé, même de la poterie, des briques et une multitude de produits qui donnent naissance à un marché flottant. Ce fut une belle expérience!

Notre dernier jour au Vietnam a réservé la plus frappante de nos découvertes. Nous avons visité le Musée de la guerre.7 salles de réunion qui incluent des photographies et des phrases dans les horreurs et les souffrances survenues pendant la guerre américaine entre les années 60 et 70. On y a vu depuis l'avion, des armes, divers types de pompes, une reconstruction de prisons, des scènes de torture, des photographies de soldats pendant les combats, des prisonniers, les nombreuses familles qui ont été massacrées libres (hommes, femmes, enfants ... bébés! ). Photos des survivants et de leurs suites. Pendant et après la guerre. De nombreuses images parlent d'elles-mêmes. Et la grande majorité d'entre eux dans des affrontements. Nous sommes partis de là avec une sensation de vide dans la poitrine, des larmes aux yeux, de l'impunité, mais beaucoup plus informés, conscients qu'il faut se battre pour un monde de mieux en mieux. Ce fut un voyage très fatigant, car le programme a dû être respecté en si peu de temps. Mais d'un autre côté, très valorisant d'un point de vue historique, culturel, mais surtout HUMAIN.
Très drôle, nous étions un petit groupe avec une grande animation.
Oh, et nous ne pouvons que parler un peu de nos guides. Trois figuraças! A Hanoi, a eu le Long: Une jeune politique vietnamienne, très sympathique et bien informée, historiquement et économiquement. Je voudrais transmettre toute information, un anglais basique mais compréhensible, juste avec les mots "ouais" au début, au milieu et à la fin de chaque phrase. Mais, désolé, nous voulions tirer sur les mêmes flashs des caméras, connecter le caméscope et courir pour les achats. Mafalda devait être responsable de tudinho entendre ce dont il parlait (et poser des questions, ils ont répondu rapidement et avec plaisir!) Et ensuite passer dans le "résumé". Coitadinho: -D! A Hue, nous avons été reçus par Lily. Mon dieu, après tout ce mouvement pour arriver à Hue, et puis la pluie détruit notre tournée, avec patience nous étions un peu limités. Ici, elle tombe sur "Zen", pour parler assez lentement et lentement avec un sourire béant et statique à la fin des discours. Abandonnez-vous pour comprendre l'anglais (?) It. Même si ce n'était qu'une journée ... hehehe. Et vous terminez à Ho Chi Minh, un ancien combattant qui ne meurt pas pour la guerre. Il a été interprète d'Américains pendant la guerre. Phung, était le nom du Seigneur qui pouvait arrêter de tousser lorsque nous avions transmis des informations limitées (à la fin, il n'a répondu que si nous le demandions). Il y a eu des moments où l'on pensait que l'homme allait tomber durement aussi, fumait plus qu'une cheminée!
Eh bien, et pour finir, j'espère que nos compagnons de voyage sont bien arrivés au Portugal et, quand ils veulent vous rappeler notre passage au Vietnam, savent déjà: Spring Rolls !!!!! Hahahahahaha ...

En savoir plus sur nos aventures à
//www.travelhalongbay.com/



Partir au VIETNAM : mes conseils pour préparer son voyage (Mai 2021)