Janvier 22, 2022

Randonnée à Kisoro, en Ouganda, les expériences les plus incroyables que j'ai jamais eues

Donc fin de semaine 5

Le temps semble s'accélérer ici, et je suis déjà presque à mi-chemin de tout, ce qui est totalement fou!

Nous avons fait de la randonnée le week-end dernier dans le sud-ouest de l'Ouganda dans un endroit appelé Kisoro, dans la réserve naturelle de Mgahinga (où beaucoup de gens font le suivi des gorilles) - c'est à la frontière avec le Rwanda et la RDC. Parce que c'était tellement super-duper incroyable, je ne suis même pas allé jusqu'à faire le résumé habituel, donc si vous ne voulez pas entendre des millions de superlatifs et d'adjectifs excessifs sur la randonnée, vous pouvez aussi bien arrêtez-vous ici!


Tout le week-end était juste l'aventure la plus folle et la plus ridicule !! 4 des bénévoles ici sont allés - moi, Kristin (ma Canadienne germo-phobe préférée); Sophie (des États-Unis); et Tara, notre nouvelle volontaire australienne. Joanna était censée venir, mais a dû emmener Maureen à l'hôpital la semaine dernière et y est depuis. - nous étions tous assez déçus qu'elle ne pouvait pas le faire L

Nous nous sommes donc dirigés vers Kampala très tôt vendredi matin (le bus doit partir à 6h du matin !!) - nous étions là à 5 h 15, et dans une étrange rupture choquante avec la tradition, le bus a effectivement quitté TÔT - c'est l'Afrique, que JAMAIS arrive! Quoi qu'il en soit, nous étions très excités, car nous pensions que cela pourrait signifier que nous y arriverions aussi tôt - devait être un trajet en bus de 12 heures, donc le plus tôt sera fait, mieux ce sera! Comme il fallait s'y attendre, le bus avait des fenêtres qui ne se fermaient pas, et des skokbrekers quasiment inexistants (amortisseurs, pour ceux d'entre vous qui ne sont pas en Afrikaans le savent!) Donc ce n'était pas exactement une conduite douce et chaude , mais c'était un très beau paysage pendant que nous roulions. Nous avons traversé l'équateur en passant devant Masaka, mais il faisait encore nuit et nous dormions!

Nous passions un bon moment jusqu'à ce que nous arrivions à Kabale - la dernière grande ville avant d'arriver à Kisoro (qui n'est littéralement qu'un village). À Kabale, on nous a tous donné l'ordre de descendre du bus et de monter dans un mini-taxi. Pas exactement le confort personnifié - nous étions 25 écrasés dans un véhicule prévu pour 14 !!! J'avais de nombreux coudes et genoux enfoncés dans mon dos, ainsi qu'une seule fesse sur une chaise! Oh, et n'oublions pas les 2 poulets qui étaient également entassés! Nous avons ensuite décollé sur les routes de montagne boueuses étroites et venteuses les plus ridicules pour sortir à Kisoro - assez éprouvant pour les nerfs, et ils étaient occupés à faire des travaux de construction sur les routes, donc des tonnes de camions et de gravier en vrac, alors que dans un taxi qui ne le faisait pas non plus avoir exactement la meilleure tenue de route ou skokbrekers !!! Qu'il suffise de dire que la balade n'a pas été la chose la plus confortable qui soit! De plus, nous avons été arnaqués par le chauffeur de bus, qui nous a dit que ce ne serait que 10 000 UGX (shillings ougandais) - c'était 12 000; et le conducteur du taxi a menacé de garder nos bagages si nous ne payions pas! Il a également expulsé une femme avec un bébé au milieu de nulle part car elle ne pouvait pas payer non plus - victime du même chauffeur de bus douteux! 2 heures plus tard, nous sommes finalement arrivés à Kisoro, et avons failli mourir de bonheur quand nous avons été accueillis par notre gars préféré - Innocent (mec de l'auberge où nous étions). Nous avons été pris en charge dans un vieux Land Rover battu, ce qui était à peu près un luxe par rapport à ce que nous étions auparavant !! Nous étions excités J


Puis encore 30 minutes de route sur les pires routes de terre que j'ai jamais vues pour arriver à notre logement - pour mémoire, Land Rovers peut faire TOUT - je retire toutes les mauvaises choses que j'ai jamais dites à leur sujet! Notre auberge de jeunesse était géniale - de petites dortoirs sympas et nous avons eu un poêle à charbon pour nous garder au chaud la nuit (c'était assez nippy à Kisoro, grâce à toute la pluie et l'altitude). La salle commune principale avait également un immense feu de bois, ce qui était incroyable !! La nourriture était également excellente et, comme nous étions les seuls à y séjourner, nous pouvions à peu près faire ce que nous voulions J

Samedi matin, nous sommes partis assez tôt (vers 7 heures du matin) pour commencer la randonnée - note importante: j'ai même réussi à obtenir des céréales et du lait pour le petit déjeuner, ce qui est super rare ici! Nous n'obtenons presque jamais de produits laitiers (pas de réfrigérateurs, donc pas de place pour les garder), donc j'ai souvent envie de produits laitiers. Tout le monde commandait des omelettes ou du pain doré - je voulais juste un bol de céréales J

Notre auberge était juste à l'extérieur de la porte du parc national, nous avons donc juste erré sur la route, rencontré notre guide (Ismail) et deux porte-armes (apparemment, il y a beaucoup de buffles dans le parc, donc ils ont 2 gars avec armes à feu pour chaque fête qui sort - heureusement, nous n'en avons pas vu !!!) et nous sommes partis. Il y a 3 sommets dans le parc - Muvahura (le plus haut); Mgahinga (le plus petit); et Sebinyo - celui que nous avons décidé de grimper. Environ 3600m. Ce qu'ils ne nous ont pas dit, c'est que Sebinyo est la randonnée la plus difficile, mais tant pis - nous n'aurions probablement pas changé d'avis de toute façon! Le gros atout de Sebinyo est qu'il se trouve à la frontière entre le Rwanda et l'Ouganda, et au sommet du dernier pic (vous montez 3 pics), vous vous tenez simultanément en RDC, en Ouganda et au Rwanda - idée assez géniale, non ??


Quoi qu'il en soit, nous commençons donc par nous promener dans un marécage géant (ah oui, qui a eu la brillante idée de faire de la randonnée pendant la saison des pluies - mais comme j'ai toujours l'air de mouiller mes chaussures de toute façon, cela me semblait plutôt approprié!) - en gros nous nous sommes tous retrouvés totalement boueux et humides, car il était impossible d'éviter tous les pièges à boue. Tous les guides portaient des bottes en caoutchouc, donc ça allait - ça aurait été génial s'ils nous l'avaient mentionné !!! Donc, après environ une heure de trekking dans une tourbière, notre guide dit "OK, maintenant nous commençons à grimper". Épique. Le premier pic a été assez difficile - assez raide, et vous commencez à ressentir les effets de l'altitude près du sommet. Vous devez également gravir des échelles en montant (aurait dû nous avertir du destin imminent à venir, mais plus sur cela dans une minute), donc c'est assez difficile de marcher. Nous avons fini par nous séparer en deux - Kristin et moi avons surtout marché ensemble, avec l'un des hommes armés; tandis que Sophie, Tara, Ismail, Innocent (qui a marqué le long) et le 2ème gun-guy marchaient ensemble.

Nous sommes arrivés au sommet du 1er pic en 3 heures environ, assez épuisés! Et, dans ce qui est devenu la tendance du jour, c'était totalement nuageux, donc vous ne pouviez rien voir! Au bout d'un moment, les nuages ​​se sont un peu dégagés et vous pouviez voir le Rwanda et l'Ouganda. Quelle vue magnifique et magnifique !!! Chaque fois que je regardais, je n'arrivais pas à comprendre quel concept étonnant c'était - et le paysage était épique de toute façon - des chutes super raides des deux côtés, se dirigeant vers ces belles vastes plaines parmi des montagnes plus massives - les collines étaient très abruptes, couvertes d'une végétation semblable à la jungle, avec des nuages ​​qui roulaient pour le rendre un peu inquiétant! Très Gorilles dans la brume (c'est en fait la région où Diane Fossey était basée - du côté rwandais - quand elle faisait son travail avec les gorilles). Vous pourriez totalement imaginer ces gorilles géants se balançant à travers les arbres juste en dessous de nous - tellement génial !!!

Après un déjeuner génial (jambon et fromage avec des craquelins - tous assez rares ici, des friandises tellement excitantes!), Nous sommes repartis. Vous descendez d'abord un peu le côté du 1er pic, puis vous montez le 2ème. Le chemin qui descend le 1er sommet est très raide, avec des échelles plus raides. Vous marchez le long d'un petit chemin super étroit, avec des gouttes massives de chaque côté, et c'était magnifiquement boueux grâce à toute la pluie (qui avait brièvement recommencé). C'était donc une marche assez poilue. Cela n'a pas été beaucoup plus facile quand il s'est avéré que 2 de notre groupe avaient des phobies de taille assez sérieuses !! Mais comme les fantastiques soldats qu'ils sont, ils ont monté et descendu cette montagne folle en un seul morceau, avec seulement des attaques de panique et des larmes minimes;)

Donc, en haut du 2e sommet, et encore une fois, c'est vraiment très raide et étroit - je n'ai même pas de problème de hauteur, et c'était assez intense! Ensuite, vous devez grimper sur ces vieilles échelles en bois branlantes, qui semblent essentiellement attachées à la montagne par la broche - vous ne pouvez pas voir de fixations ou de fixations, et ce n'est pas comme s'il y avait de la roche pour les boulonner - c'est tout boue et plantes! Mais, mieux vaut ne pas trop y penser, aspirer et grimper! Toute une expérience lorsque vous regardez entre vos pieds sur une échelle et que vous réalisez que si vous glissez, vous pouvez tomber très loin au Rwanda ou en Ouganda !!!

Le 2e pic nous a pris encore une heure; et encore une fois les plus beaux paysages les plus incroyables de tous les côtés - la végétation et les environs de cette région sont complètement différents de ce que nous obtenons à Bulenga, donc c'était une expérience vraiment géniale! Ce qui était vraiment bizarre, c'est que vous pouvez réellement voir une différence entre les 2 pays, même à cette distance. Le Rwanda a reçu une quantité énorme d’aide étrangère (peut-on dire la culpabilité occidentale ??), il est donc beaucoup plus développé et construit que l’Ouganda. Du haut, vous pouvez juste voir des fermes organisées très soignées et des maisons en briques appropriées, avec des routes goudronnées. Ouganda - beaucoup de petites parcelles agricoles au hasard, des chemins de terre et des gens vivant dans de minuscules petites maisons en pierre ou en terre. Vraiment bizarre. MAIS dans cette partie de l'Ouganda, parce que tout est dans les montagnes et vraiment raide, ils ont élaboré un système d'agriculture à plusieurs niveaux, où ils font des niveaux sur tous les flancs des collines - donc toutes les collines sont couvertes dans ces très précis des lignes horizontales délimitant toutes les différentes fermes - c'est un effet vraiment génial à regarder. De plus, beaucoup de collines et de montagnes dans ces régions sont de vieux cratères volcaniques, donc ils ont tendance à être creux sur le dessus, ou au moins à avoir un plongeon biggish au sommet - encore une fois, un effet cool! Quand je reviendrai enfin sur un Internet rapide et fonctionnel, il y aura BEAUCOUP de photos publiées !!!

Puis sur le 3ème pic - à peu près la même chose, seulement beaucoup plus velu !! Cette fois, nous avons dû monter bien plus d'échelles, certaines d'entre elles ayant environ 30 ou 40 échelons de haut, et encore une fois, apparemment maintenues sur la montagne par pure croyance! Il a également commencé à pleuvoir, donc les échelles étaient assez glissantes. C'était vraiment effrayant, et il a fallu beaucoup de respirations profondes et de concentration (uniquement sur l'échelle, pas sur les environs) pour se lever! Mais au sommet…. Oh mec, tellement tellement tellement la peine!

Quelle idée géniale - se tenir au point où 3 pays se rencontrent et pouvoir les regarder de cette hauteur incroyable. C'était assez émouvant (je pense qu'il y avait une bonne partie des larmes qui circulaient, y compris de la vôtre vraiment!) Juste à la réalisation d'obtenir 4 filles légèrement à semi-en forme (certaines avec des phobies de la taille) jusqu'à une intensité complètement intense, assez dangereuse Montagne! Malheureusement, les nuages ​​sont arrivés au bon moment, puis, pour ajouter au plaisir, nous avons eu de la pluie et de la grêle! Oui, cela a commencé à nous saluer. Impressionnant! (En passant, ce qui était encore plus drôle - je pouvais obtenir la réception de téléphone portable au sommet, donc j'ai pu envoyer des sms! Peut-être que nous recevions le signal de 3 pays!)

Quoi qu'il en soit, nous avons donc raccourci les célébrations au sommet et commencé le voyage vers le bas - en gros, vous descendez dans la direction que vous montez, nous avons donc dû redescendre et remonter les 3 sommets; puis faites notre superbe randonnée d'une heure dans les marais au fond!

Nous commençons donc sous la pluie - encore une fois, des échelles glissantes (j'ai eu quelques moments intenses lorsque mon pied a glissé hors de l'échelon; et quand j'ai regardé vers le bas et que je ne pouvais pas voir l'échelon suivant en dessous de moi - je pouvais juste voir des nuages, et certains vraiment des collines escarpées!) et la pluie et la grêle faisaient geler toutes nos mains, donc aucun de nous ne pouvait bien tenir!

Nous avons eu une très mauvaise frayeur, quand Tara a glissé hors du chemin, et était en fait accrochée au flanc de la montagne! Encore une fois, comme le soldat qu'elle est, elle a simplement remonté sa jambe et a continué! Mais c'était définitivement un moment d'adrénaline!

Descendre n'était en fait qu'une très longue tâche. Il pleuvait beaucoup de temps, et c'était assez difficile de descendre des coteaux très glissants et raides - essayer de garder votre pied, ainsi que de protéger vos genoux, n'était pas si facile. Cela nous a pris beaucoup de temps - 7 heures de montée et 6 heures de plus - alors au moment où nous sommes arrivés au bas de la montagne, il faisait déjà noir! Nous avons ensuite passé une autre heure à marcher dans l'obscurité à travers notre marais de boue préféré - une partie passe par une forêt de bambous, donc c'était à peu près noir et nous n'avions qu'une seule lampe frontale et un téléphone portable avec une torche! Pas tout à fait suffisant pour 8 d'entre nous! Quoi qu'il en soit, nous nous sommes essoufflés, abandonnant fondamentalement l'espoir que nous irions n'importe où, même vaguement secs ou propres - nous avons tous simplement marché directement à travers des plaques de boue profondes, car il n'y avait aucun moyen de l'éviter! J'ai failli perdre mes chaussures deux fois dans la boue jusqu'aux genoux! Maman, papa et Simon - tu te souviens de la tourbière verticale du mont Kenya? Un peu comme ça !!! Seulement dans le noir!

À environ 20 minutes du bas, nous avons été accueillis par un groupe de guides du centre des visiteurs, qui sont venus nous apporter des torches pour nous aider - apparemment, nous avons pris plus de temps pour terminer la marche que tout autre groupe! C'est censé être un aller-retour de 8 heures - nous avons pris 13 heures !! Bon d'être célèbre pour quelque chose !! ;) Nous étions alors super contents d'être restés si près du parc - par la porte, tourner à droite, s'effondrer à côté de la cheminée! Nous étions tous très froids et humides, donc nous nous sommes tous blottis à côté pour les 3 heures suivantes, ne bougeant que pour manger et avoir des douches chaudes - un bonheur absolu !! Ensuite, nous nous sommes tous évanouis!

Le lendemain, nous l'avons pris très facilement - nous étions tous assez raides, et il a juste énervé toute la journée, alors nous avons tous installé un camp à côté du feu, et avons passé toute la journée à sécher nos vêtements, nos chaussures et nos sacs une randonnée! Les gens des routards étaient vraiment géniaux, et nous avons beaucoup traîné avec eux pendant la journée. Les environs étaient également magnifiques, nous avons donc tous lu, pris des photos et refroidi toute la journée J

Dimanche soir, Sophie et moi prenions le bus pour Kampala - Tara et Kristin sont restées pour faire le suivi des gorilles. Nous sommes redescendus à l'arrêt de bus - encore une fois, sur certaines des pires routes connues de l'homme, et nous avons dû aider non pas 1 mais 2 camions à sortir de la boue! Nous avons sorti celui d'une ornière majoritairement profonde (le camion était littéralement dans la boue plus profonde que ses propres roues!), Puis nous avons poussé un autre camion clair après cela! Encore une fois, les Land Rovers sont incroyables !!!

Le trajet en bus était, comme on pouvait s'y attendre, une autre aventure en soi! À environ 20 minutes de Kisoro (encore une fois, après avoir couru des virages en épingle à cheveux sur des chemins de terre incroyablement raides), le bus tombe en panne, avec beaucoup de fumée et une odeur de brûlé. Nous finissons par attendre 2 heures pour qu'un mécanicien (de Kisoro - à moins de 20 minutes) se rende sur place et règle le problème. Nous commençons à discuter avec le chauffeur et l'un des autres passagers, ce qui était cool car nous avions tellement de temps! Finalement, nous nous levons et repartons, mais il s'avère que le problème n'a été résolu que temporairement, et cela signifie que nous devons nous arrêter toutes les 20 à 30 minutes pour verser plus d'eau dans le moteur et attendre que la fumée s'arrête! Mais le retour était magnifique - le paysage est vraiment dramatique, avec des chutes abruptes à côté de la route dans les vallées avec l'agriculture à plusieurs niveaux, et la lune était super brillante, donc vous pouviez tout voir dans ce clair de lune légèrement étrange!

Après 5 heures, nous arrivons enfin à Kabale (rappelez-vous, cela ne devrait être que 2 heures de route), puis nous devons changer de bus pour notre prochain voyage de 8 heures à Kampala !! Donc pas impressionné par la vie! Le bus était vraiment plein, et les seuls sièges disponibles se trouvaient à côté de fenêtres qui ne se fermaient pas correctement ou qui n'avaient qu'une seule vitre dans une fenêtre à deux volets! Nous partons donc, glacial et enveloppés dans nos sacs de couchage et tous nos vêtements. Après environ une heure, la vitre tombe hors de son cadre - nous la réparons, elle retombe tout droit et finit par se casser en deux sur la tête d'une vieille femme! Vers cette heure (environ 2h30 du matin), Sophie et moi avons finalement pris le rang de mzungu, et nous sommes allés chercher des sièges devant l'autobus, essayant de dormir! Nous sommes enfin revenus à notre petit marais vers 8h30 le lendemain matin - 13 heures plus tard - raides, désorientés et épuisés! Mais malgré tout cela, je pense que ce fut vraiment l'une des expériences les plus incroyables que j'ai jamais eues. Même si le paysage et les environs n'avaient pas été aussi beaux et impressionnants, la difficulté et l'endurance qu'il nous a fallu à tous pour monter cette montagne auraient été suffisantes. Mais pour moi, le sentiment de se tenir sur ce sommet de la montagne, regardant vers le bas dans 3 pays après une randonnée de 7 heures était tout simplement ahurissant.

Même après près de 5 pages de dactylographie, je n'ai pas l'impression d'avoir rendu justice!

Cela dit, je me rends compte que tout le monde doit en être complètement malade maintenant, alors je vais m'arrêter ici !!

Dans des mises à jour ultra rapides: la plupart des écoles sont sur le point de commencer les examens, nous préparons donc des programmes de vacances pour les prochaines semaines.Nous avons eu 2 autres bénévoles la semaine dernière; 1 autre part vendredi; et Sophie part mercredi prochain, ce qui va être un coup dur pour beaucoup de gens ici - sérieusement, Sophie est plus chez elle ici que la plupart des locaux !! Donc cela laissera un assez grand écart! Sinon, la vie continue à sa manière joyeuse habituelle J Oh, et la connexion Internet est enfin rétablie, mais prévisible toujours ridiculement lente, donc je suis en légèrement meilleur contact, mais pas beaucoup !!!

Alors j'aime à tous - envoyez-moi des nouvelles, comme toujours!

Écrit et contribué par Karen Graaff via le Global Volunteer Network
www.volunteer.org.nz